Monsieur Didier Boureaud, dirigeant de l’entreprise Seider Energies, a accepté de nous livrer sa vision en tant que maître d’apprentissage chevronné qui recrute des alternants depuis près de 20 ans :

“ Pour moi, l’alternance est une mesure phare qui doit être développée à tous les stades d’enseignement et plus particulièrement dans l’enseignement supérieur. On a la chance d’avoir de Grandes Écoles en France et l’ouverture de leurs formations à l’apprentissage permet de faire corréler les formations académiques et les objectifs en entreprise. 

Les formations académiques ont des carences, comblées par l’alternance, à différents niveaux : 

  • Le cadre juridique est un élément très important pour un ingénieur souvent négligé en formation académique puisque trop vaste mais ô combien primordial en entreprise. 
  • Le facteur humain : un alternant va acquérir la culture d’entreprise et le travail en équipe. Par ailleurs, le dirigeant va avoir le temps de la formation, soit 3 ans pour un ingénieur par exemple, pour juger de la qualité de son travail et idéalement le garder à la fin de son diplôme.
  • La réalité économique de terrain et l’adaptation selon la taille de la société.  

Les alternants en formation nous apportent les innovations technologiques, leur savoir-faire et leurs connaissances dans des domaines spécifiques que les chefs d’entreprise n’ont pas forcément. 

C’est très enrichissant même si cela nécessite du temps. Si on est capable d’expliquer à un alternant son métier, on peut alors être plus percutant auprès des investisseurs, banquiers et clients. Cette démarche pousse le dirigeant dans ses retranchements pour expliquer de manière claire les choses. 

Prendre des apprentis c’est aussi être capable parfois de se remettre en question. 

Mais avant tout, l’alternance est une aventure humaine. On passe 8h par jour ensemble. 

En conclusion, je dirais qu’on se sclérose si on ne prend pas de jeunes, on ne progresse pas intellectuellement et culturellement. L’alternance permet cette ouverture. Un bon maître de stage doit aimer son métier pour être une bonne courroie de transmission.”