Toute mobilité fait l'objet d'un accord de l'employeur.  En effet le contrat d'apprentissage est un contrat de travail. La mobilité ne peut en aucun cas s'effectuer durant la période de congés  (Code du Travail Art. L3141-17 à L3141-20).

Dès que le projet de mobilité est validé par l'employeur et l'équipe pédagogique, une convention doit obligatoirement être établie.

Plusieurs cas sont possibles en fonction de la mobilité effectuée :

  •  Mise à disposition dans une autre entreprise/structure (y compris détachement).
  • « Mise en veille » du contrat d’apprentissage (possible uniquement pour une mobilité supérieure à 4 semaines).*

 

Mise à disposition de l’apprenti

Mise en veille du contrat*

Statut

Maintien du contrat, du statut de salarié et du salaire

Suspension du contrat et du salaire

 

Droit du travail

Le droit du travail varie en fonction du pays d’accueil (accords avec la France) : soit le droit français sera applicable, soit le droit du pays d’accueil

Le droit du travail du pays d’accueil s’applique de plein droit notamment en matière de santé et sécurité, durée du travail, rémunération, repos/congés/jours fériés…

 

 

 

Assurances

-   Affiliation à la sécurité sociale française si l’employeur demande le maintien au régime. Hors UE, il est conseillé de compléter avec une assurance supplémentaire

ou

-   Affiliation à la couverture sociale de l’employeur d’accueil

 

-   Assurance responsabilité civile

 

 La    couverture    sociale     dépend    du          pays    d’accueil :

-   Couverture sociale du pays d’accueil si l’apprenti bénéfice du statut de salarié à l’étranger

ou

-   Apprenti qui ne bénéficie pas du statut salarié à l’étranger : déclaration à la CPAM avant le départ

 

-   Assurance responsabilité civile

 

*Loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Ces dispositions s'appliquent aux contrats d’apprentissage conclus à compter du 1er janvier 2019.

 

  • Déclarer la mobilité à l’Urssaf et à la caisse d’assurance maladie :
    • En cas de mise en veille, l’employeur doit l’indiquer dans sa déclaration sociale nominative (DSN).
    • L’apprenti doit déclarer son changement de statut à la caisse d’assurance maladie dont il dépend et demander la carte européenne de sécurité sociale (CEAM) s’il part dans un Etat membre de l’Union Européenne (UE). En dehors de l’UE, il est nécessaire de se renseigner sur la protection sociale en vigueur dans le pays d’accueil notamment en cas d’accident du travail, de maladie et de rapatriement en France.
    • En cas de détachement, l’employeur peut effectuer une demande de maintien au régime français de sécurité sociale (formulaire à demander à la CPAM). Dans l’UE, les frais seront couverts en fonction du protocole en vigueur, en revanche en dehors de l’UE, des montants forfaitaires pourront être remboursés sous conditions.
  • Vérifier l'assurance responsabilité civile et prévoir le rapatriement :

Que ce soit sur du temps privé ou durant ses heures en entreprise, l'apprenti doit être couvert en matière de responsabilité civile à l’étranger.

  • Dans le cadre de l’apprentissage, les garanties en matière de responsabilité civile concernent les dommages subis/causés par l’apprenti, à l’occasion de travaux ou prestations effectuées en milieu professionnel/scolaire.

         2  possibilités :

    • La structure d’accueil à l’étranger indique détenir une assurance couvrant l’apprenti,
    • A défaut, l’employeur/l’apprenti souscrit à une assurance ou extension, avant le départ.
  • Dans le cadre des actes de la vie quotidienne, l’apprenti doit posséder une garantie en responsabilité civile pour les dommages subis/causés par lui, le couvrant à l’étranger.
  • Et l’apprenti s’assure qu’il possède une assurance rapatriement en cas de difficultés.

Dans le cas où l'employeur français, l'entreprise d'accueil ou l'apprenti ne souhaitent pas prendre de garanties à sa charge, MidiSup peut prendre en charge l'assurance responsabilité civile* couvrant tous les risques mentionnés ci-dessus.

Établir la convention de mobilité 

Au moins un mois avant le départ, une convention doit être établie entre l’apprenti, l’employeur du contrat, l’entreprise d’accueil à l’étranger et MidiSup.

Merci d'envoyer votre demande à l'adresse mail : apprentissage@midisup.com

 

 

 

En fonction du projet de mobilité,  des  aides  financières  ou  prise  en charge de  certains  frais  peuvent  être  attribuées par différents organismes   notamment  les  opérateurs  de compétences  (OPCO),  des  programmes  d’échanges  (Erasmus+, OFAJ,  OFQJ..)  ou  des  aides  régionales.  Renseignez-vous  auprès  du  service  relations  internationales de votre établissement ou de MidiSup.

MIDISUP  
Pour solliciter une aide financière*, vous devez remplir un dossier de candidature : Télécharger le dossier de candidature. 

N'oubliez pas de faire votre demande avant le départ.

Le dossier à remplir et à faire signer par votre employeur, votre établissement et à renvoyer à MidiSup, accompagné d'un RIB. Après étude de votre dossier, si celui-ci est éligible, il pourra faire l'objet d'une éventuelle avance.
Le solde de vos frais se fera sur présentation de justificatifs.
*une seule demande par année de formation, d’un montant maximum de 800 € à partir du 01/09/20.

 

WordPress Theme built by Shufflehound. MIDISUP - ORGANISME DE FORMATION DE L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR/ Mentions légales et gestion des données personnelles